Aller au contenu principal

La conception du centre de stockage

Le CSM est un site pionnier : c’est le premier centre de stockage de déchets radioactifs à avoir été exploité puis fermé en France. Sa conception d’origine a permis de définir les grands principes des stockages de déchets radioactifs et demeure une référence aujourd’hui dans le monde.

Le concept de stockage du Centre de stockage de la Manche est multi barrières. Les éléments destinés à assurer l’isolement de la radioactivité sont : le colis de déchets, les ouvrages de stockage, la couverture et le système de collecte des eaux.

Vue en coupe du stockage
Vue de principe du stockage au CSM

Les colis de déchets

Les déchets radioactifs n'ont pas été stockés "en vrac" ou de de manière libre. Pour être stockés, les déchets ont été conditionnés sous forme de colis. Ces colis sont composés de 15 à 20 % déchets mélangés à un matériau d’enrobage (béton, mortier, résine ou bitume) et placés dans un conteneur en béton ou en métal.

Vérification d’un colis lors de son stockage dans une alvéole

Pour concevoir leurs colis, les producteurs étaient tenus de respecter les impératifs définis par l’Andra : poids, dimensions, substances radioactives contenues, activité radiologique. Ces informations étaient enregistrées sous un numéro d’identification à code-barres, véritable carte d’identité du colis qui permettait la traçabilité du déchet.

Afin de s’assurer de la qualité du conditionnement et du respect de ces règles, des contrôles étaient régulièrement effectués par l’Andra chez les producteurs.

Les ouvrages de stockages

Pendant ses 25 années d’exploitation, le CSM a été marqué par une évolution importante des concepts de stockage.

Au début de l’exploitation du CSM, les colis de déchets ont été disposés dans des tranchées en pleine terre. Cette technique a été rapidement abandonnée. Seule une tranchée subsiste dans le stockage.

Si un colis offrait par lui-même un niveau de sûreté suffisant, il était dirigé vers un ouvrage appelé « plateforme » ou "tumulus" : des colis bétons étaient d'abord disposés en bordure de l’ouvrage pour donner la forme d’une butte aux pentes douces, comme une pyramide, puis l'intérieur était comblé par d'autres colis et par du gravier pour les stabiliser.

Stockage sous forme de "tumulus"

Les colis qui nécessitaient une protection complémentaire, en fonction de leur niveau de radioactivité, était dirigé vers un ouvrage de stockage renforcé appelé « tranchée bétonnée » ou "monolithe". Ces ouvrages étaient conçus avec des parois en béton. Les colis étaient disposés par couches successives. Entre chaque couche, du béton était coulé pour stabiliser et enrober les colis.

Stockage sous forme de "monolithe"

La couverture

La couverture disposée au-dessus des ouvrages de stockages a été mise en place entre 1991 et 1997.

Elle a pour rôle d’assurer la protection des colis et limiter l’infiltration de l’eau. Celle-ci fonctionne comme un parapluie : elle empêche l'eau de pénétrer dans le stockage et la fait ruisseler pour qu'elle puisse être récupérée et contrôlée avant d’être rejetée dans l’environnement.  Elle a également pour objectif de protéger le stockage contre les intrusions humaines, animales ou végétales (racines d’arbres)

Pose de la couverture qui recouvre les ouvrages de stockage de déchets radioactifs

La pose de cette couverture était une première mondiale. Elle est constituée d’une alternance de couches drainantes et imperméables, dont une membrane « bitumineuse » choisie pour son élasticité et sa capacité à s’adapter aux mouvements de terrain. Cette matière est trempée dans du bitume pour la rendre étanche.

La couverture est également dotée d’un système de drain permettant la collecte des eaux de pluie qui se seraient infiltrée dans la couverture.

 

Manche
Schéma de principe de la couverture multicouches du CSM

Le système de gestion des eaux

Prélèvement d’eau dans le réseau séparatif gravitaire enterré

Le CSM collecte ses eaux par un ensemble de réseaux (galeries, canalisations et drains) facilement contrôlables et classés en quatre catégories :

  • Un réseau de surface collecte les eaux de ruissellement de la couverture et de la voirie.
  • Un réseau de drainage collecte, au niveau de la membrane, les eaux qui se sont infiltrées dans la couverture.
  • Un réseau souterrain appelé « réseau séparatif gravitaire enterré » circule sous les ouvrages de stockage. Il récupère les eaux d’infiltration qui traversent les ouvrages qui auraient pu être en contact avec les colis de déchets
  • Un réseau de drainage profond est situé sous la base des installations enterrées, c'est-à-dire les ouvrages de stockage, les murs de soutènement et les galeries.
Réseau de drainage CSM
Schéma de principe du réseau de drainage du CSM

En savoir plus

L'histoire du centre de stockage de la Manche Le dispositif de surveillance de l'environnement Le dispositif de surveillance de la couverture Les études sur l'évolution du CSM
Partager cette page