Aller au contenu principal

L’aventure se poursuit avec Les Voiles écarlates 

Réinsérer des publics en difficulté et préserver le patrimoine local, voici la mission que s’est fixée « Les Voiles écarlates ». En seulement deux décennies, l’association, soutenue par l’Andra, est devenue une institution non seulement dans la Manche mais aussi partout en France. 

Lorsqu’il a fondé son association en 1997, Gérard Bourdet était loin d’imaginer qu’elle prendrait une telle envergure. Mais sa principale conviction n’a depuis pas été ébranlée. Bien au contraire. La mer est pour lui la meilleure des éducatrices. 

Au service des citoyens…

Le principe des stages proposés par Les Voiles écarlates : extraire des jeunes en difficulté de leur quotidien, leur redonner confiance. « Lors de sorties en mer, nous avons vraiment le temps d’échanger. Là on est avec eux le jour, la nuit… on essuie le mauvais temps ensemble… Le rapport de l’adulte à l’adolescent se transforme complètement et il devient plus facile de faire passer des messages. » La formule a fait ses preuves, au point qu’elle a été adaptée à d’autres types de publics. Ainsi, des résidents de maisons de retraite et des personnes atteintes de maladies psychiatriques ont depuis, eux aussi, vécu des aventures au grand large. 

…et du patrimoine

Ces bateaux bienfaiteurs ont tous la même caractéristique : ils ne sont pas nés de la dernière pluie ! Parmi les trois vieux gréements que possède l’association se trouve « La Croix du Sud », un langoustier de 1934, l’un des derniers navires du genre encore en navigation. Un pan d’histoire flottant pour lequel l’association s’est battue. 285 volontaires se relayent depuis des années pour conserver ce patrimoine inestimable… Mais il y a de cela quelques années, Les Voiles écarlates tanguaient et les finances avaient du mal à suivre. 

Des valeurs communes 

Consciente de l’apport positif des Voiles écarlates pour le territoire, l’Andra parraine l’association depuis 2014. « Nous sommes fiers d’être associés à cette très belle action solidaire et locale », souligne Florence Espiet, directrice du Centre de stockage de la Manche. « Ses bénéfices pour la cohésion sociale, la préservation de la mémoire et du patrimoine, s’inscrivent pleinement dans notre charte des parrainages. » Une convergence de valeurs qui a également convaincu le directeur de l’association : « Au début, j’ai été surpris que l’Andra s’intéresse à un sujet tel que la délinquance des mineurs. Mais je me suis rendu compte que nous partagions nombre de valeurs. L’Andra ne se contente pas d’enfouir des déchets, elle les gère dans le temps, avec une grande rigueur. On peut faire un parallèle avec notre action. Si nos bateaux sont encore en état de naviguer, c’est aussi grâce à notre volonté. Il a fallu le mériter et c’est ce qu’on essaye d’enseigner aux jeunes. » La reconduction du parrainage Andra-Les Voiles écarlates permet à Gérard Bourdet et aux personnes qui profiteront de son accompagnement, d’envisager l’avenir avec plus de sérénité…

Le Centre de stockage de la Manche, un acteur local
Partager cette page